Bulletin novembre 2010


Bulletin novembre 2010


Sommaire

  1. Exposition « Crue de 1910 »
  2. PLU, un recours s’impose
  3. La Faisanderie
  4. Suivi des projets
  5. Exposition sur le grès lors des Journées du Patrimoine 2010
Avez-vous visité notre site:

http://www.comitededefense-fontainebleau.org
vous y trouverez de nombreuses informations, des articles, des photos. Notre permanence est ouverte les vendredis de 10h à 12h



1 - Exposition le centenaire de la crue de la Seine sur le sud Seine et Marne


A l'occasion du centenaire de la crue de la Seine de 1910 la Fédération de Protection de la Vallée de La Seine de Seine et Marne dont nous faisons partie a organisée une exposition itinérante sur la crue de 1910.

L’exposition présente des documents d’archives concernant le secteur de Moret à Seine-Port, on y retrouvera des images des villages proches e Fontainebleau : Thomery, Samoreau, Héricy, Samois, des explications sur les causes et les mesures actuelles. La crue peut-elle se reproduire ? Comment y faire face ?

Affiche crue 1910


Cette exposition sera présentée à la Maison des Compagnons, 26 rue de la Cloche Fontainebleau le samedi 4 et le dimanche 5 décembre (de 10h à 12h30 et de 14h30 à 18h)

L'exposition sera complété par la présentation d'un DVD que chacun pourra se procurer.



2 - le Plan Local D’Urbanisme qui vient d’être voté autorise toutes les dérives


Sur décision du conseil d’Administration le Comité de Défense s’est engagé dans un recours contre le PLU (Plan Local d’Urbanisme), en association avec le Comité de Défense d’Avon et quelques habitants.

Pourquoi un recours ? Nous constatons que malgré toutes les tentatives des associations ce PLU autorise une densification excessive de l’agglomération, un hauteur anormale des immeubles sur certains quartiers et qu’il ne protègent pas les immeubles remarquables qui étaient référencés dans l’ancien POS, ceci soi disant en attente d’un règlement de ZPPAUP qui est en préparation depuis …15 ans ! et de surcroît menacé de disparition par les nouvelles dispositions gouvernementales.

Par notre bulletin et par une feuille d’information distribuée dans toute la ville, nous vous avions informés des enjeux de ce PLU et nous remercions les adhérents qui ont relayé notre position lors de l’enquête publique. Par contre nous déplorons le silence autour de ce projet, les bellifontains sont-ils indifférents? Certainement pas mais le processus d’élaboration du PLU a été un modèle d’absence totale de communication, pas de réunion d’information, dont le maire est pourtant friand quand il s’agit de projets à long terme, pas d’exposition comme cela se fait partout, quant à la presse nous avons eu beaucoup de mal à faire passer un article qui a été réduit au minimum.


Nous rappelons nos demandes exprimées dans le tract distribué avant l’enquête publique.



Les positions du CDAS sur le PLU que nous vous demandons de relayer

Le projet n’est pas acceptable en l’état. Le CDAS de Fontainebleau, en accord avec celui d’Avon :

  1. s’oppose à une surdensification de l’agglomération ( suppression des modifications des § 1 et 2 ),
  2. demande que soit renforcée la protection des maisons, monuments et ensembles urbains jugée très insuffisante,
  3. exige qu’aucune nouvelle construction ne dépasse 15 mètres de hauteur (c’est-à-dire 4 à 5 niveaux),
  4. demande la suppression de la notion d’axe économique,
  5. demande que la profondeur autorisée des constructions, actuellement de 20 mètres, soit revue à la baisse,
  6. demande que les listes des bâtiments, espaces verts et ensembles urbains de qualité soient complétées selon les documents établis par le CDAS,
  7. exige que le secteur des sources des Pleus défini ND (inconstructible) dans les précédents POS reste classé ND
  8. exige que la mise en œuvre du PLU soit subordonnée à la mise en fonctionnement de la nouvelle station d’épuration de Valvins conforme aux normes européennes.


le bilan …. aucune de nos demandes n’a été prise en compte

Nous avons noté que lors de l’enquête une de nos demandes n’a pas été traitée, pour 2 autres la CCFA avait donné au commissaire-enquêteur une réponse positive qui n’a pas été prise en compte dans le texte final. Le commissaire-enquêteur aurait-il été mené en bateau ?
Les seuls points positifs concernent l’abandon d’un parking provisoire sur Magenta et le reclassement en zone « habitat » des 2 terrains de la Plaine de la Chambre mis en vente par la mairie et qui avaient été classés en zone permettant une forte densité de construction de bureaux . Dans les deux cas une très forte mobilisation des habitants du voisinage, relayée par nos actions, a eu un impact décisif. Comme nous souhaiterions que les bellifontains se mobilisent lorsqu’il s’agit de décisions qui engagent la ville, certes à long terme, mais irrémédiablement !

3 - La Faisanderie, c’était un projet, cela devient un scandale financier

Pour ceux qui ne l’auraient pas eu vous trouverez ci-joint le tract que nous avons diffusé sur Fontainebleau vers le 10 novembre.


4 - Suivi des projets
Cinéma - Requalification urbaine - Bibliothèque - Musée Napoléonien

Cinéma
Pas d’évolution, il était indiqué récemment dans la presse que les promoteurs attendaient que le recours déposé par plusieurs associations soit jugé.

Projet de requalification urbaine
La première phase devrait concerner le place de l’Étape en 2011/2012, pas d’information aujourd’hui, avec quels moyens alors que la ville n’a pas un sou ?
Si ce projet voit le jour, souhaitons qu’il soit maîtrisé, pas comme l’a été la gestion de la réfection de la rue Aristide Briand – près de 4 mois de chantier – une vraie catastrophe pour les commerçants de cette rue.

Bibliothèque, fermeture du Musée Napoléonien
Toujours pas de nouvelles concernant la restauration de la bibliothèque dont le toit est bâché depuis plusieurs années. Par contre la décision vient d’être prise de fermer le musée napoléonien ( Villa Lavaurs, rue Saint Honoré ) car inadapté et peu visité. Il devrait être regroupé avec la bibliothèque, pas avant 2013 nous annonce la presse, peut-on y croire ? Où trouvera-t-on suffisamment de place à la bibliothèque ? On peut craindre que ce musée municipale disparaisse alors que, bien mis en valeur, il serait très attractif.
De plus nous comprenons que cette propriété de la ville va être vendue, comme beaucoup d’autres ! Pourquoi pas, s’il s’agit-il de financer la rénovation de la bibliothèque, mais nous craignons que ce soit pour renflouer les dettes! Rappelons enfin que dans cette propriété se trouve le seul parc de jeux pour les petits au centre de la ville qui disparaîtra hélas lui aussi.



1 - Exposition « Ouvrages de grès et vestiges du château dans la ville »

Les Journées du Patrimoine ont été l’occasion pour le CDAS de faire son éloge du grès dans le cadre de la Maison des Compagnons, le grès patrimoine premier de Fontainebleau. Le but était d’ouvrir les yeux du visiteur sur la richesse de ce patrimoine et l’intérêt esthétique et culturel de ce matériau décrié parce que mal compris. Ce message nous a paru d’une nécessité accrue avec le récent badigeonnage de tous les appareils de grès du Quartier Henri IV au château, malgré nos protestations véhémentes et répétées auprès de toutes les instances responsables.

La particularité du site de Fontainebleau, qui en fait son attrait et sa réputation, est l'abondance de ses rochers de grès et de son sable fin. Il y a 35 millions d'années, la mer recouvrait cette région et des bancs de grès se sont formés dans la partie supérieure de la couche de sable. On retrouve ces grès sur tout le massif forestier avec les platières, bancs de grès dont seule la surface voit le jour, les éboulements et les rochers isolés dont l’érosion à sculpté des formes étonnantes.

Le grès est le matériau accessible localement, c’est donc lui qui sera utilisé au cours des siècles pour toutes les constructions bellifontaines, à l’exception de quelques parties de demeures prestigieuses (le Château, l’Ermitage de Pompadour… ) pour lesquels on faisait venir à grand frais d’autres matériaux comme le calcaire de St Leu d’Estrans dans l’Oise. Ce n’est qu’après 1900, avec les facilités de transport, que le calcaire, de Souppes ou de Château-Landon le plus souvent, supplantera le grès jugé trop rustique et difficile à travailler. L’exposition montrait la mise en œuvre du grès dans la construction : chaînages, appareils de façade, soubassements, appuis de fenêtre, corniches, entablements de murs, seuils et escaliers, porches et portes piétonnes, pavages, bornes, etc…, tous éléments qui donnent à l’architecture bellifontaine son caractère particulier.

Porche
Porche
Borne, hôtel de Conti
Borne, ancien Hôtel de Conti
Château d’eau, débouché de l’aqueduc
Château d’eau, débouché de l’aqueduc


Mais comment travaille-t-on le grès ? A travers un reportage effectué dans la seule carrière encore en activité dans la région de Fontainebleau, on a pu découvrir comment sont abattus d’énormes blocs de grès qui seront ensuite débités en pavés, bordures et pièces de forme. L’ouvrier débitant ces grès étaient dit « éclateur de grès », puisqu’aucune scie ne résiste à cet agglomérat de silice particulièrement pur. L’exploitant M. Oliveira qui nous recevait, nous a montré l’importance du travail de forge permanent nécessaire pour l’affûtage des outils.

Carrière de grès, le banc fait près de 5m de hauteur
Carrière de grès, le banc fait près de 5m de hauteur
Ouvrier taillant le grès
ouvrier taillant le grès


Enfin les visiteurs ont pu découvrir des vestiges du château dans la ville que peu de personnes connaissent. En effet, en particulier lors de la démolition de la Galerie d’Ulysse qui a précédé la construction de l’aile Louis XV sur le jardin anglais, de nombreux ouvrages en grès datant de la Renaissance ont été supprimés. Quelques éléments ont été récupérés pour décorer des hôtels particuliers ou même des maisons bourgeoises. Récemment Georges Galipon, fondateur du Comité, a encore identifié dans la ville plusieurs éléments provenant du château, suscitant un vif intérêt de la part des conservateurs du château. Grâce à ces recherches, plusieurs éléments de colonnes Renaissance provenant de la Galerie Basse dispersés dans la ville (jardin de la sous-préfecture, hôtels particuliers et maisons bourgeoises), sont revenus tout récemment dans le giron du Château.

Colonne
  Colonne, rue du Château
Tête, rue Grande
Tête, rue Grande
Cariatide
Cariatide, rue de France


Ce bulletin vous permet de mesurer l’importance des enjeux actuels : les règlements d’urbanisme (PLU), les différents projets en cours : requalification du centre ville, aménagement des terrains militaires, etc. Il est important que nous soyons forts pour faire entendre la voix des Bellifontains qui veulent bien sûr protéger leur cadre de vie et leur environnement, mais aussi voir des rénovations concertées, raisonnables et harmonieuses.


Dès maintenant adhérez ou renouvelez votre adhésion pour 2011 avec le bulletin joint, les cotisations reçues avant le 31 décembre sont déductibles des impôts 2010. En indiquant votre adresse mail vous serez informés de toutes nos actions et des manifestations qui ont lieu à la Maison des Compagnons
.


Rédaction du bulletin : Jacqueline Nizart, Francis Ménard        Photographies : Georges Galipon, Francis Ménard