Comité de Défense d’Action et de Sauvegarde de Fontainebleau


Les Cahiers d’Architecture du CDAS

 Depuis plus de trente ans, le Comité de Défense de Fontainebleau et son prolongement La Maison des Compagnons œuvrent à la connaissance et à la sauvegarde du patrimoine bellifontain. Il a ainsi constitué un volumineux corpus de documents, notamment photographiques, qu’il a mis à la disposition des services de l’urbanisme et du patrimoine.
 De nombreuses conférences ont été données, qui malheureusement sont éphémères. Pour mieux faire connaître ce patrimoine à un large public et lui donner une forme plus pérenne, le CDAS édite une série de cahiers d’architecture illustrés, véritables inventaires riches en couleurs qui sont un régal à consulter, à offrir et à conserver comme ouvrages de référence. Ce sont également de véritables invitations à la promenade dans nos rues.
 Les huit cahiers décrits ci-dessous sont aujourd’hui disponibles au siège de l’association (voir bon de commande).



Parcours de l’Eau autour du Château de Fontainebleau

    Découverte de structures disparues     par Jacques Bessière
 A la découverte d’une image cachée du domaine royal
 Révéler une image cachée du Parc, des Cours et des Jardins du Château de Fontainebleau a été le but de la démarche entreprise par l’auteur Jacques Bessière en utilisant des baguettes de sourcier comme appareil photographique. Elles ont permis de suivre les eaux souterraines que les jardiniers d’hier et d’aujourd’hui ont su maîtriser pour donner naissance aux vastes espaces harmonieux que nous admirons. Sourcier Le grand canal Fontaine belle eau


 Elles ont également permis de détecter des structures disparues connues et inconnues comme les bassins de Le Nôtre avec leur alimentation, les fondations de la première chapelle Saint-Saturnin, celles du Théâtre de la Ville où se rendait Marie-Antoinette et des souterrains. Conduites sèches des bassins de Le Nôtre  
La cour ovale  Dans le Parc, le suivi de l’eau dans la Grande Prairie a fait réapparaître les bassins de Le Nôtre avec leur alimentation. La fontaine de la Mi-Voie a été détectée ainsi que la structure des Écuries Royales dans le Carré des Héronnières. Le parcours de l’eau dans le Grand Parterre, dans la Cour Henri IV, la Cour de la Fontaine et dans la Cour des Adieux est particulièrement ramifié.
Une autre vue du château La fontaine de la volière   Dans la Cour Ovale, les fondations de la première chapelle Saint-Saturnin, recherchées depuis longtemps, ont été localisées ainsi que trois souterrains.
 Les bases de la Fontaine de la Volière, les fondations probables d’une autre chapelle, les limites de l’Orangerie et de la Galerie des Chevreuils ont été retrouvées dans le Jardin de Diane.




Fenêtres et Croisées de Fontainebleau des 16è au 20è siècles

 Le Comité de Défense d'Action et de Sauvegarde de Fontainebleau associé aux "Amis de la Maison des Compagnons" a préservé différents éléments du patrimoine bellifontain et en particulier deux fenêtres, dont une est sabns doute la plus ancienne fenêtre à meneau connue de le ville, et un garde-corps provenant du prestigieux bâtiment de la Surintendance du Roi, face au Château. Le cahier contient un rappel des règles de construction des fénêtres, appelées initialement "croisées" et précise l'évolution des styles puis détaille les métiers intervenant dans leur réalisation, menuisiers, serruriers et maitres verriers. On trouve ensuite la provenance des objets retrouvés et préservés puis l'histoire de leur restauration.Cette ouvrage riche de détail historique et d'illustration permet de mieux connaître et apprécier le patrimoine de Fontainebleau. Les objets restaurés sont présentés dans les locaux de la Maison des Compagnonss , siège des deux associations.


Fenêtres et Croiséesde Fontainebleau des 16è au 20è siècles



SITE de FONTAINEBLEAU de l’ECOLE NATIONALE

SUPÉRIEURE des Mines de PARIS

CINQUANTENAIRE 1967 – 2017


 A l’occasion du cinquantenaire de l’installation du site de l’Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris à Fontainebleau, Georges Galipon retrace dans le présent cahier l’historique des Bâtiments qui accueillent les différents services de l’Ecole.

 Le cahier contient un bref historique de l’École «l’Arrest» de la création de l’École Supérieure des Mines de Paris, un historique des mutations du site de Fontainebleau où est installée l’École des Mines de Paris, des cadastres et plans, un historique des parcelles royales du bourg, les bâtiments préservés ou détruits, les secteurs scientifiques développés à Fontainebleau. Comme les précédents cahiers du CDAS, cet ouvrage riche de détails historiques et d’illustrations vous permettra de mieux connaître et apprécier le patrimoine de Fontainebleau.

Ecole des mines à Fontainebleau


Commande d'une brochure

 Pour commander vous pouvez imprimer le bulletin de commande et nous l'envoyer ainsi que votre règlement.
 Vous pouvez aussi vous procurer cette brochure directement au
siège du CDAS.

 Bon de commande a imprimer





Histoire de l’Hôtel des Postes de Fontainebleau

 Dans la série des Cahiers d’Architecture du CDAS, Georges Galipon brosse l’histoire de l’Hôtel de la Poste
de Fontainebleau, et plus anciennement l’évolution des messageries, malles-poste et autres courriers
à travers l’histoire, la naissance de la poste d’Etat sous Louis XI, et les différents relais de poste qui ont existé à Fontainebleau.

L’Hôtel de la Poste que l’on connaît aujourd’hui est intimement lié à l’histoire du Château, puisqu’il a été édifié à la fin du 19ème siècle sur une partie du Jardin de Diane, et son architecture évoque les bâtiments de l’ancienne volière de Catherine de Médicis (voir "Fontainebleau le temps des jardins" par V. Droguet directeur du patrimoine du Château de Fontainebleau). Comme les précédents Cahiers, cet ouvrage riche de détails historiques et d’illustrations vous permettra de mieux connaître et apprécier le patrimoine de Fontainebleau.

Histoire de l’Hôtel des Postes de Fontainebleau




Les Aqueducs Royaux de Fontainebleau

Les Aqueducs Royaux de Fontainebleau

Aqueduc Henri II    Plan fin 19ème siècle :
traversée de la rue d’Avon
Aqueduc Henri IV :
accès par la Pépinière
Aqueduc Henri IV : débouché sur le réservoir du Château d’eau




L'art d'utiliser les grès
 Le Cahier du grès célèbre le rôle prépondérant du grès dans l’architecture bellifontaine et vise à faire reconnaître ses qualités techniques et esthétiques, le plus souvent incomprises par les professionnels comme par les particuliers.

 Les appareils de grès de Fontainebleau, que l’on trouve bien au-delà du ‘Pays de Fontainebleau’ - ce qui prouve l’intérêt pour le grès dans les siècles passés - sont d’autant plus précieux que, à l’exception d’une carrière qui subsiste à Moigny-sur-Ecole, l’exploitation du grès - et surtout sa sculpture - sont un art perdu.

 A Fontainebleau, la Renaissance et l’époque classique en ont tiré des merveilles d’architecture. Son aspect blanc de neige lorsqu’il sort de la carrière lui confère une beauté féérique. En vieillissant, il prend les nuances romantiques des rochers, ce qui lui vaut la désaffection d’un public friand d’artifice. La brochure éditée par le Comité recense les ouvrages de grès encore présents et apparents dans la ville.

 Une brochure de 100 pages, grand format, qualité photo : 30€


 Bourg Royal, Fontainebleau n’a pas d’administration propre jusqu’en 1784 où est installée une administration rudimentaire. Suite au décret du 14 décembre 1789 qui organise l’administration municipale, celle-ci est mise en place en janvier 1790 avec comme maire le Comte de Montmorin.

 Mais où siéger ? Ce sera successivement la Prévôté, l’ancien Hôtel du Maine, une tentative sur la Chancellerie puis la Maison de la Mission et enfin en 1805 un décret de Napoléon assure le retour à l’Hôtel du Maine.

 Ce bâtiment montre ses limites ; Denis Guérin, un maire remarquable, reconstruit en 1865, au même emplacement, l’Hôtel de Ville que nous connaissons. Il faudra attendre un siècle pour voir en 1968 l’extension sur l’aile arrière gauche.

 La brochure fournit tous les documents historiques de ces événements et présente les plans anciens, les gravures, et le descriptif détaillé de tous les éléments architecturaux et des décors.

 Une brochure de 60 pages, grand format, qualité photo : 20€

Histoire de l'hôtel de ville





Faiënces et terres cuites  Les décors en faïences et terres cuites sur les façades sont caractéristiques du développement urbain autour de 1900. On les trouve dans toute la France. Fontainebleau n’échappe pas à cette recherche du décor dans l’architecture fin 19ème siècle, Art Nouveau et jusque dans l’Art Déco au lendemain de la première guerre mondiale, l’Art Nouveau surtout, si fécond dans tous les arts décoratifs.

 A Fontainebleau, il est rare que les maisons de cette époque, dans les quartiers périphériques touchant la forêt ou le Parc, ne soient pas agrémentées de ces décors de terre cuite colorée ou non, telles des élégantes qui se parent de bijoux. Cette recherche se retrouve également sur les façades des immeubles construits dans ces années-là dans le centre de la ville. On prendra plaisir à repérer dans nos déplacements tous ces éléments répertoriés dans la brochure.

 Une brochure de 60 pages, grand format, qualité photo : 20€






Commande d'une brochure

 Pour commander vous pouvez imprimer le bulletin de commande et nous l'envoyer ainsi que votre règlement.
 Vous pouvez aussi vous procurer cette brochure directement au
siège du CDAS.

 Bon de commande a imprimer



Haut de page