Accueil

Visite de l'Hôtel de Pompadour

 

Par une belle après-midi de juin, nous avons eu l'extrême plaisir d'une promenade dans les jardins de l'hôtel de Pompadour. Cette petite merveille d'élégance et de charme fut construite en 1747 par l'architecte Ange-Jacques Gabriel, architecte du roi, sur l'emplacement du Grand Navarre, appartenant au roi, à l'extrémité du grand jardin dit " de la fontaine Belle-Eau ", à l'entrée de Fontainebleau sur le Chemin de Nemours. Une ouverture avait été pratiquée dans le mur du jardin, par laquelle le roi se rendait à pied chez la Marquise. Chez la Pompadour, il se sentait plus à l'aise qu'au palais et souvent, dit d'Argenson, il faisait lui-même sa cuisine pour souper.

Entrée du jardin de Mme de Pompadour

Sur le fronton du portail grandiose sans raideur, c'est la Marquise qui nous accueille, charmante petite figure toute enguirlandée de feuillages et de roses, sculptée sur la clef du cintre. Avec son soubassement et ses piliers en grès de Fontainebleau, comme la porte piétonne qui l'accompagne, et son cintre, son fronton et sa corniche en calcaire de St-Leu d'Esserent, ce beau portail allie à bon escient la robustesse du grès et la finesse du calcaire.

Nous entrons par la porte piétonne, aussi admirable que le grand porche et comme lui munie de portes en menuiserie à compartiments avec cadre mouluré et cintré, portes appareillées d'admirables heurtoirs et de tous ces éléments de serrurerie : ferrures, verrous et espagnolette qui ajoutent à leur beauté. Dès l'entrée, nous découvrons, au fond d'un vaste espace pavé qu'il serait impropre d'appeler cour tant il est ouvert sur le ciel et la nature environnante, le ravissant pavillon carré flanqué de petites ailes plus basses.

Hôtel de Mme de Pompadour

Gabriel le décrit ainsi : " Pavillon élevé d'un rez-de-chaussée et attique au-dessus, couronné d'une balustrade, avec comble à l'italienne couvert en ardoise... Ce pavillon construit en ses quatre faces avec deux assises en grès, le surplus en maçonnerie de moellon à mortier de chaux et sable, décoré dans chaque face d'avant-corps avec refends et aux encoignures dans la hauteur du rez-de-chaussée et de pilastres dans la hauteur d'attique, couronné d'un fronton dans le corps du milieu, renfermant des armoiries de différents sujets. Les portes et croisées du rez-de-chaussée avec chambranles et agrafes sculptés, le tout en plâtre, la balustrade terminant ce pavillon en pierre de Saint-Leu avec vases sculptés sur les piédestaux. Les perrons comprenant toute la face, tant du côté de la cour que du côté du jardin, en gresserie."

Fronton du pavillon Pompadour

Parmi tous ces raffinements, nous nous attarderons sur les quatre frontons cintrés illustrant quatre saisons par des jeux d'enfants de la plus exquise imagination. C'est le printemps qui nous accueille : les enfants jouent avec des roses.

On sait que Mme de Pompadour avait reçu une éducation raffinée. Excellente musicienne (elle appréciait Vivaldi dont les Quatre-Saisons ont pu lui inspirer le décor de ce qu'elle appelait son " ermitage "), elle apprit le dessin, le pastel, la gravure à la pointe, à l'eau-forte, et même la gravure sur pierre fine... tous les arts d'agrément en un mot. Si elle s'était fait donner une grande fortune, elle faisait du moins de son opulence un usage généreux, dotait de pauvres jeunes filles, soulageait des vieillards, réparait des villages, encourageait les artistes et les inventeurs, donnait son nom (style Pompadour) à la recherche du Joli, et protégeait les penseurs et les gens de lettres.

En entrant dans la cour, sur la droite, une cour de service en est séparée par un mur joliment habillé de verdure, elle dessert toutes sortes de bâtiments communs, logements, écuries et remises.

Par le côté gauche, nous accédons à une succession de vastes jardins. S'ils n'ont plus la rigoureuse symétrie du plan de Lassurance, ils ont sans doute gagné en charme et en mystère : parc à l'anglaise aux platanes gigantesques, bosquets, charmilles, jardins secret, roseraies, pergolas, nymphée, bassin aux nénuphars, invitent à la promenade, au repos et à la conversation. Au fond, le verger n'est plus, mais sur une vaste pelouse, un puits à margelle de grès, une odeur de foin...c'est presque la campagne. Là, de l'autre côté de la rue de l'Arbre Sec, au-delà de la grille, le jardin se prolongeait par " une demi-lune bordée de deux rangs d'ormes entourés d'un treillage d'appui, défendue par un fossé à sec, de laquelle partie circulaire naissent trois allées chacune d'un rang d'arbres qui conduisent dans la campagne... ".

Jardin de la Pompadour

Cette partie, encore perceptible, a été dénaturée à une date récente. Il serait éminemment profitable à la ville de rétablir cette perspective encore marquée par la présence du piédestal qui portait un magnifique vase Médicis volé depuis.

Par une intention charmante, le haut mur qui clôt tout le jardin s'interrompt à trois endroits esthétiquement cruciaux pour laisser voir, au bout de vertes perspectives, le ravissant pavillon clair, grâce à de larges aha, doublés de sauts de loup pour empêcher les passants de venir sur les bords et les cerfs d'entrer dans le jardin en sautant lesdits aha.

 

 

Visite de Nantes-Renaissance

M. Dabreteau, architecte et directeur de cette association, nous avait présenté une conférence passionnante, début 2007, sur le Patrimoine ancien de Nantes et sur les actions exemplaires menées par son association. Cette année il a prévu une visite de Fontainebleau qui a été organisée par le CDAS, elle a eu lieu les 14 et 15 juin. Arrivées de Nantes vers 11h, une trentaine de personnes ont été accueillies par le CDAS qui leur a fait une présentation rapide de la ville. L'après midi a été consacrée à une visite du Château, sous la conduite de M. Beyeler, conservateur, qui a fait apprécier le château avec la compétence et la verve que nous lui connaissons. Après un aperçu de la ville, nos hôtes ont été reçus à la Maison des Compagnons où ils ont pu prendre des rafraîchissements et un peu de repos. Le lendemain matin nous leur avons fait visiter la ville et découvrir quelques-unes de ses richesses avant qu'il prennent la route du retour en passant par Vaux-le-Vicomte.

 

 

Manifestations

Une promenade de sensibilisation à l'urbanisme et à l'architecture avec deux classes de l'école de la rue Lagorsse

Partis de l'école, rue Lagorsse, nous avons emprunté le boulevard de Melun et sommes entrés en ville par la rue Grande au carrefour des Maréchaux. A la place de l'Etape, nous avons pris la rue du Château, puis avons remonté la rue du Parc en passant devant la mairie, puis l'église, la place du marché, la rue des Sablons, la ruelle aux Biches, et pris la direction du retour par la rue Béranger. Le trajet a été ponctué de haltes, soit pour expliquer la manière dont la ville s'est développée (avec rappels sur les échappées vers la forêt), soit pour expliquer l'origine des noms, soit pour expliquer les principes de l'architecture et reconnaître les différents matériaux (grès de Fontainebleau, calcaire apporté, briques, petites tuiles, ardoises, sable et sablon, et.), soit pour attirer l'attention sur des lieux pittoresques et évocateurs de la vie d'autrefois ( puits, cours, venelles). La ruelle aux Biches (peut-être pas celles des bois mais nous n'avons pas soulevé la question !), remarquablement entretenue par les riverains et coquettement fleurie, a été le clou de la promenade.

Journées du Patrimoine : La Maison des Compagnons était ouverte et le CDAS présentait avec les Amis de la Maison des Compagnons une exposition rétrospective des travaux de restauration qui a passionné les nombreux visiteurs.

Plusieurs expositions de peinture ont eu lieu à la Maison des Compagnons, en mai Christine Carron, en juin Annie Lebaillif et les élèves de son cours de peinture, et début octobre Heloise Guyar