Les gravures anciennes

Comité de Défense d’Action et de Sauvegarde de Fontainebleau

Les gravures anciennes

Document présenté par monsieur Georges GALIPON, consulté en tant que personne qualifiée.

 

Impasse de l'aqueduc


Impasse de l'aqueduc
Quartier de Pleus

Historique : LES PLEUS

Les Pleus, qui forment aujourd'hui un faubourg de Fontainebleau, constituaient autrefois un hameau distinct dont le territoire était assez étendu. Il occupait l'espace compris entre les terroirs de la Coudre et du Provençaux, la forêt et le grand chemin de Melun. On y trouvait le Champ des Pleus, près la Coudre, le Noyer Rabin, le Grand Arpent, le Clos des Pleus, le Bois Symon, près du canton de la forêt du même nom, le Jardin des Pleus. Outre le chemin de Melun et la rue allant à la Grande Ecurie, d'autres voies s'y croisaient en un carrefour, près d'une mare.

Impasse de l’Aqueduc :

C’est dans cet espace en forte dépression, recevant l’eau du Mont Pierreux où l’eau jaïssait naturellement, que le Roi François 1er fit construire un aqueduc souterrain, pour capter l’eau au profit du Château.


Maisons du Bd Thiers
Maisons qui bordent le bd Thiers.

Un espace avec emmarchement en grès 16éme siècle- Vue de l’enclos Des Pleus depuis le bd Thiers.

Enclos de Pleus

L'aqueduc souterrain

L’aqueduc abouti à la Pépinière située à l’angle des rues Aristide Briand et Adam Salomon. Sous la direction des frères Francini, ingénieurs spécialistes en eaux, cette œuvre continuée par Henri II sera achevée en 1605 sous le règne du Roi Henri IV pour aboutir au Château d’eau rue Basse, aujourd’hui rue du Château ; de là l’eau est conduite au Grand Miroir en passant par la rue d’Avon.

Le château d'eau

Maison du grand Fontainier

Le grand miroir dans le parc du château

Un relevé de l’aqueduc souterrain a été établi à la demandes des différentes instances par Monsieur Colette Architecte en chef des Monuments Historiques. (Ce document devrait être annexé au PLU, et le tracé figuré aux plan). L’Enclos des Pleus au cours de la Révolution à été sauvé par la division en petits lopins à usage maraicher, ce qui l’a préservé.

Ce lieu hautement historique a été reconnu comme tel par les différentes administrations : Préfectorales, Bâtiments de France et Municipales, et classé comme Zone « Non aedificandi » dans les POS qui ce sont succédés !

Le PLU déclasse cet espace hautement sensible, nous demandons instamment qu’il retrouve le même classement antérieur de : Zone non aedificandi).

Le parc du palais

 

Haut de page