Projet de cinéma - page 1

Comité de Défense d’Action et de Sauvegarde de Fontainebleau



Fin du projet de cinéma - Communiqué de presse



Index des pages
1 | 2 |

Page suivante >>



Le Comité de Défense déplore l’abandon du projet d’un nouveau cinéma.

Le 1er juin dernier, à l’initiative de la ville, une nouvelle réunion a mis en présence la municipalité, le maître d’ouvrage, l es Bâtiments de France, et les représentants des associations de sauvegarde du patrimoine pour ce que chacun pensait être une ultime mise au point sur le projet de cinéma dont les grandes lignes avaient été définies lors de la réunion du 24 mars.

D’emblée, et à la consternation générale, les propriétaires ont annoncé que, pour des raisons économiques, elles devaient renoncer au projet. La baisse de fréquentation des cinémas, générale en France, est particulièrement importante à Fontainebleau et Nemours, qui souffrent en outre de la concurrence sauvage du nouveau multiplex de Montereau.

Le Comité de Défense qui a toujours été partisan d’une extension des cinémas à Fontainebleau déplore cet abandon qui risque de précariser les salles de l’Ermitage et prive Fontainebleau d’une animation culturelle et économique. Tel qu’il s’est initialement présenté aux Bellifontains, le projet de cinéma comportait une faiblesse : l’absence de parking, et une esthétique délibérément agressive, en rupture totale avec l’existant , qui ne pouvait que soulever le refus des Bellifontains.

Le Comité de Défense s’était élevé contre le projet retenu en novembre 2009, esthétiquement très contestables et choquant face au Château, et il avait réclamé une concertation. Un recours a été formé par des associations ; le Comité de Défense s’en était abstenu, préférant miser sur une conciliation, mais avait exprimé sa réprobation .

Après 1 an et demi de blocage, revirement début 2010. Différentes variantes d’un nouveau projet ont été proposées, ce qui représentait cette fois un appréciable effort de concertation, et l’on pouvait penser que le projet remanié pouvait mettre toutes les parties d’accord. C’est ce que nous avions annoncé à notre Assemblée Générale.

Maintenant la question ne se pose plus, la décision semble irrévocable et les propriétaires parlent de vendre le terrain pour une opération immobilière .

Voilà bien un exemple d’une affaire mal conduite. Pourquoi la mairie n’a-t’elle pas consulté les Bellifontains bien en amont sur un projet impactant si fort le paysage bellifontain ? Pourquoi les traiter de rétrogrades lorsqu’ils refusent de se laisser imposer une architecture agressive parfaitement déplacée dans ce cadre historique et très bellifontain.

Le temps perdu a-t-il compromis les chances de réussite de ce multiplex ? Rien n’est moins sûr étant donné la baisse générale de fréquentation des cinémas et la concurrence effrénée des grands centres commerciaux, comme celui qui avait été envisagé à Boufflers, face au Château et qui aurait mis en péril les 800 petits commerces de la ville de Fontainebleau, alors qu’aujourd’hui la tendance est de les redécouvrir.


Le projet de cinéma - version novembre 2010

 

Le projet décrit dans le dossier a fait l’objet d’un recours mi-2010 par plusieurs organismes, rappelons que le Comité de Défense n’ayant pas trouvé de faille juridique n’avait pu déposer de recours.

Dans cette affaire le CDAS a toujours déploré l’absence de concertation réelle, les réunions organisées alors que le permis est déjà signé n’étant que des mascarades.

Il semble que devant une situation bloquée et avec le temps, le promoteur cherche enfin une solution acceptable par tous en faisant évoluer le projet.

Une réunion de concertation a donc été organisée le 10 décembre 2010 par la mairie avec les différentes parties concernées. Un projet légèrement modifié à été présenté. Si le traitement de la façade sur le passage Ronsin paraît acceptable, la partie principale sur la place Napoléon Bonaparte a fait l’objet de fortes oppositions Malgré l’opposition des associations l’article de presse ci-après (République du 20 décembre) a voulu faire croire que tout était résolu, le CDAS a vivement réagit. Petit problème, la réponse du Comité de Défense est attribuée par erreur à une autre association, à notre demande le journal a fait paraître un correctif.




Vue latérale du nouveau cinéma
Vue latérale (à droite place Napoléon Bonaparte) la structure de l’angle droit, énorme verrue métallique, fait l’objet d’une vive opposition.
Vue de la place
Vu de la place

Malgré l’opposition des associations l’article de presse ci-après (République du 20 décembre)
a voulu faire croire que tout était résolu, le CDAS a vivement réagit.

Petit problème, la réponse du Comité de Défense est attribuée par erreur à une autre association, à notre demande le journal a fait paraître un correctif.

Cinéma Le sélect

Petit problème, la réponse du Comité de Défense est attribuée par erreur à une autre association, à notre demande le journal a fait paraître un correctif.



Recours et rectificatif

 


Haut de page
Index des pages
1 | 2 |

Page suivante >>